Actualités et controverses

Sous le regard critique de Mathieu Lavallée

Manifestation contre la brutalité policière : l’examen de conscience

Posted by Mathieu Lavallée sur 18 mars 2009

Sébastien Lavallée, 2009

Voici la suite au sujet de mon expérience de dimanche. En passant, pour les intéressés, mes jambes se portent mieux.

Je vous avais promis des questions. J’en ai tout plein. Je constate aussi que les questions se sont imposées elles-mêmes à travers les médias et les discussions entre amis. Reprenons-les tout de même.

Sébastien Lavallée, 2009

Sébastien Lavallée, 2009

Primo : les cibles du grabuge. Commerces et boutiques, hôtels, voitures, le complexe des sciences de l’UQAM… et la police dans tout ça? Bien sûr, les accès à l’édifice de la Fraternité étaient bloqués d’avance. Et si la charge a eu lieu à deux pas du quartier général du SPVM, voisin de la Place des arts, il est raisonnable de croire que c’était pour en éloigner les manifestants. Mais je vois mal comment on dénonce la brutalité policière sans s’attaquer à ce qui peut les représenter. Il restait bien quelques voitures de police. Mais le symbole reste plutôt faible.

Vient ensuite le contrôle et la sécurité des manifestations. Certains m’ont dit qu’il est possible et légal de ne pas dévoiler à l’avance le trajet d’une manifestation. Je vous avoue candidement ne pas l’avoir vérifiée celle-là. Peu importe. Si c’est une façon de mieux faire son grabuge, nous sommes à des années lumières d’un droit garanti par la Charte canadienne des droits et libertés.

Les organisateurs de la manifestation n’encouragent pas la violence dans leur marche? Voici une raison de plus de divulguer votre trajet et de montrer patte blanche. La police pourrait même mieux vous aider à garder le contrôle sur votre événement. Et ça aidera sûrement votre cote de popularité.

Encore faut-il pouvoir distinguer les pacifiques des marginaux casseurs. Dans ce type d’événements, les casseurs ont tous la même gueule : une gueule masquée. Devrions-nous interdire le port d’un masque dans les manifestations? La ville a eu un tel projet, qui ne devait pas empêcher les masques plus caricaturaux ou représentatifs de la cause défendue. Mais la manœuvre est difficilement justifiable lorsqu’il existe déjà un article pour ça dans le Code criminel.

Déguisement dans un dessein criminel

351. (2) Est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de dix ans quiconque, dans l’intention de commettre un acte criminel, a la figure couverte d’un masque ou enduite de couleur ou est autrement déguisé.

Dans le cas des événements de dimanche, ça ne devrait pas être trop difficile de les appliquer.

Quant aux autres qui voudraient carrément l’interdire, ça se passe de commentaires.

Sébastien Lavallée, 2009

Sébastien Lavallée, 2009

Bon, je pense que nous avons assez tapé sur la gueule des manifestants. Est-ce que la police a été trop raide? Pendant les séries éliminatoires l’an dernier, nous les avions trouvés trop mous. Même chose après les émeutes de Montréal-Nord qui ont fait suite à la mort de Freddy Villanueva. Lorsqu’ils prennent les choses en main, on leur reproche. Remarquez qu’ils ont fait preuve d’un manque de discernement à plusieurs égards. Lorsqu’il faut l’intervention d’un relationniste du SPVM pour libérer deux journalistes dûment identifiés (voir à ce sujet mon billet de lundi), il y a de quoi se poser des questions.

Mais est-ce possible de maîtriser une foule autrement? Je vous laisse sur cette dernière question : exprimez-vous ici! Ah, et profitez-en pour commenter le reste du billet aussi!

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :