Actualités et controverses

Sous le regard critique de Mathieu Lavallée

Train de l’Est : est-ce que les autorités déraillent?

Posted by Mathieu Lavallée sur 30 janvier 2009

Grâce au site Internet rue Frontenac.com, nous apprenions ce matin que le train de banlieue devant desservir l’est de Montréal aurait possiblement été détourné. L’objectif serait de favoriser le partenariat chargé de la construction du pont de la 25.

À l’origine, deux tracés étaient prévus pour desservir Repentigny et l’est de l’île d’un côté, Mascouche, Terrebonne et l’est de Laval de l’autre. Finalement, une seule ligne serait projetée pour desservir tout ce beau monde, à l’exception de l’est de Laval.

Bon, soulignons qu’il s’agit d’une affirmation du Parti vert dans le mémoire qu’il a déposé pendant les audiences du BAPE sur le prolongement de l’autoroute 25. Est-ce que c’est de la récupération politique ou s’agit-il vraiment de favoritisme? Il est beaucoup trop tôt pour se prononcer.

Mais il me semble que les rares projets en partenariat public privé ont tous des ratés, disons-le, majeurs! L’UQAM avec le projet de campus des sciences et celui du terminus Voyageur, le CHUM qui n’a toujours pas décollé… Il ne manquerait plus qu’un train de banlieue détourné pour favoriser des péages qui ne rapporteront rien ou pas grand-chose à la population.

Et surtout, tous ces projets sont d’un grand intérêt pour le public : santé, éducation, transport routier et en commun. Des secteurs qui ont déjà plus que leur part de difficultés.

Pourtant, un PPP réussi, c’est possible. Plusieurs exemples existent en Europe, notamment pour le transport collectif. Mais peut-être que le Québec ne s’y prend pas de la bonne façon. Ça semble même plutôt probable s’il faut négliger le transport en commun pour s’assurer de respecter les ententes de PPP.

Pour le transport en commun, il me semble qu’il devrait n’y avoir aucun compromis. L’offre de service dans la région montréalaise semble insuffisante en plusieurs endroits, et le réseau est indéniablement exploité à sa capacité maximale dans d’autres secteurs. Sans compter que le développement et l’étalement urbains ne me semblent pas planifiés en fonction de cela. De nouveaux secteurs sont construits alors que les services de transport collectifs sont manifestement insuffisants pour une clientèle additionnelle.

J’irai même plus loin. Il nous faut relancer l’économie, notamment avec des projets d’infrastructures. Aux dernières nouvelles, bâtir de nouveaux réseaux de transport en commun serait considéré comme des travaux d’infrastructures. Pourquoi alors se contenter d’un seul train vers l’est?

Vous allez nous dire que ça coûte trop cher? L’entretien des routes, l’essence, le coût environnemental de la voiture en solo, les heures de travail perdues pendant l’heure de pointe, la diminution du temps passé en famille… ce n’est pas exactement des pinottes, et à la longue, ça coûte probablement plus cher encore!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :